Onze mois après...

Onze mois après les élections municipales où en sommes-nous, nous les 3 élus de l’opposition issus de RARESTI ?

11 mois après les élections municipales où en sommes-nous, nous les 3 élus de l’opposition issus de RARESTI ;
Bernard Bodin est membre de la commission Finances, Robert Pallière membre de la commission Cadre de Vie,Travaux,Développement Durable,Marie-Noëlle Vial membre des commissions EJES (enfance,jeunesse,éducation,sports) et Culture,Bibliothèque,Agora et Vie Associative.
Nous siégions également à la commission d’appels d’offres et au CA du CCAS :
Apparemment au départ la volonté du Maire Lucile Ferradou d’associer l’opposition aux différents travaux et un souci de travailler dans la transparence.

Du côté de la commission EJES,les choses vont plutôt bien : des réunions fréquentes permettant de suivre au jour le jour ce qui touche à l’enfance,à la scolarité et à la jeunesse dans une ambiance positive. Cependant,un sentiment en temps qu’élue de l’opposition de se sentir un peu loin du réel.

Mais très vite des points de dissensions sont apparus :

Une opposition pluraliste composée de 3 conseillers DVG et de 5 puis 4 conseillers de droite qui complexifie le mode de fonctionnement des élus lors des conseils municipaux risquant parfois d’induire des confusions regrettables aux yeux du public d’où la nécessité d’être particulièrement vigilants.

Nous avons dû, en début de mandat, nous opposer au règlement intérieur et inciter le Maire à revenir sur sa décision d’imposer un thème aux élus dans l’espace d’expression qui leur est réservé dans le courrier de Saint-Ismier. Cela nous semblait en effet une atteinte inadmissible à la liberté d’expression.

C’est avec consternation que nous avons appris que l’entreprise Tornier ne s’installant plus à Saint-Ismier,les ismérusiens verraient,vu le manque à gagner, leurs taxes locales augmenter. A ce jour, nous ne savons toujours pas quelles entreprises viendront s’installer à ISIPARC..

Enfin nous sommes intervenus sur 2 dossiers importants :
- L’implantation d’une troisième antenne de téléphonie mobile aux Combes (cf le courrier de Saint-Ismier de septembre 2008) en effectuant un recours gracieux demandant à ce que la société Orange ne soit pas autorisée à faire les travaux sans qu’une étude sur les nuisances sur la santé n’ait été effectuée.
Si un cabinet d’expertise marseillais est venu ,début 2009, effectuer des mesures dont les résultats n’ont pas été rendus publics. La réunion que madame le Maire s’était engagée à organiser à notre demande n’a pas eu lieu à ce jour.
- Le projet d’implantation d’une ZAC à Baratière , située en partie dans une zone à risques ,ce que l’adjointe à l’urbanisme n’avait pas voulu reconnaître, dans un premier temps, lorsque nous l’avions signalé lors du conseil municipal du 30 juin 2008 .

Marie-Noëlle Vial, Robert Pallière et Bernard Bodin

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2019 :

Rien pour ce mois

octobre 2019 | décembre 2019