Réunion du 25 mai 2011

Présents : R. Barlet, J. Buisson, P. Dubois, Y. Droniou, M. Eberhard, Cl. Fages, M.-Cl. Jacquier, S. Krakowiak (présidente), S. Krakowiak (secrétaire de séance), J.-P. Marangone, É. Martinelli, R. Pallière, M.-N. Vial, M. Vernois.

Excusés : J.-P. Ravel, Ch. Rossi, Ch. Souquet, F. Videau.

La séance est ouverte à 20h10

I) Discussion sur la situation politique à St-Ismier et la position du GPS

Première question : Concernant la position du GPS par rapport à l’opposition de droite (et notamment ses sollicitations actuelles vis-à-vis de nous), un tour de table donne les résultats suivants.

• R. Pallière déplore les contacts « personnels » pris par l’opposition de droite (liste Ninet), qui visent à diviser plutôt qu’à unir. Des actions communes ont été entreprises au conseil municipal, mais la position autoritaire et peu flexible de l’opposition de droite, ainsi que son manque de hauteur de vue, rend la collaboration difficile. Reste à voir si cette position peut évoluer.

• M.-Cl. Jacquier se pose la question de notre position en vue des prochaines élections. Une liste de gauche a-t-elle des chances ? Sinon, avec qui s’unir ? Si on perpétue la situation actuelle, l’opposition de gauche continuera à s’user.

• J.-P. Marangone soutient le même point de vue. D’après lui, et notamment en raison des contraintes de l’action municipale, nous sommes finalement plus proches (sur des points spécifiques) de la majorité actuelle que de l’opposition de droite.

• P. Dubois ne voit d’accord avec aucun des deux autres mouvements.

• J. Buisson est contre toute alliance avec l’opposition de droite.

• Y. Droniou est du même avis, en raison de la divergence des idées et de la méthode de travail.

• R. Barlet insiste sur la divergence totale des idées entre nous et l’opposition de droite, ainsi sur le fait que l’opposition de droite se voit comme « la seule » opposition.

• Plusieurs personnes notent que la liste d’opposition de droite ne se réduit pas à Ninet. La position de G. Picard est parfois ambiguë, mais la divergence subsiste.
Par ailleurs, la position d’un des élus de la liste de gauche est également jugée peu claire.

La conclusion finale est que toute alliance, sous quelque forme que ce soit, entre nous et l’opposition de droite, est hors de question.

Deuxième question : comment marquer, vis-à-vis de la population, l’existence de deux oppositions, et marquer notre spécificité ?

• Cl. Fages estime que la question clé est celle du programme. Que ferions nous si nous étions aux affaires, sur différents points précis ? Il faut donc travailler et diffuser nos projets. Pour être lisibles, il faut nous limiter à 2 ou 3 axes correspondant à des groupes de travail (urbanisme, vieillissement, culture etc.) et à présenter 10 à 12 propositions claires et bien argumentées. Il ne faut pas craindre la récupération de nos idées, à condition de bien les marquer comme étant les nôtres.

• Ch. Rossi a émis l’idée d’un « café rencontre » (mensuel ?) pour aller à la rencontre des gens ; mais la mise en oeuvre concrète de ce projet semble difficile.

• P. Dubois pense qu’il faut réagir sur des aspects spécifiques en faisant des contrepropositions sur des décisions concrètes (notamment budgétaires) de la municipalité. M.-N. Vial indique que de telles actions sont déjà menées par l’opposition de gauche (par exemple sur le logement). Cl. Fages estime qu’il faut faire une large publicité à ces actions ; le site n’est pas suffisant pour cela (utiliser davantage le marché, la sortie de Casino ; mettre des
tracts dans les boîtes aux lettres).

• P. Dubois et R. Barlet sont du même avis. En particulier, diverses décisions prochaines liées à la réforme territoriale (rattachement des communes, SCOT) appellent une réflexion prospective et des réactions énergiques. Sur la question du rattachement, R. Barlet déplore la passivité des communes vis-à-vis de l’opportunité que représente le rattachement à la communauté urbaine (voir CR de la dernière réunion).
Néanmoins, le GPS est divisé sur cette question, mais est d’accord sur la nécessité d’un large débat, par exemple sous la forme d’une soirée « Je me forme, je m’informe » en faisant venir deux personnes, une qui soutienne le projet et une qui soit opposée. P. Dubois affichera un article factuel sur le site, avec appel à contributions.

• Concernant l’échéance des municipales, Suzanne pense que les chances de la gauche ne sont pas nulles, en raison de la possibilité d’une triangulaire. Il faut donc continuer à travailler, à élaborer nos projets, et surtout à le faire savoir. P. Dubois pense que la préparation des municipales passe par un travail approfondi sur les choix budgétaires. M.-N. Vial et M.-Cl.
Jacquier posent la question « qui est prêt à s’engager ? ». Néanmoins, même s’il y a pénurie de candidats, il est avant tout essentiel d’élaborer et de diffuser nos idées.

• Parmi les questions courantes, sur lesquelles nous devons nous exprimer, figurent les propriétés agricoles de la commune (soulevé par R. Pallière) et l’affermage de la distribution d’eau (soulevé par J.-P. Marangone).

• Concernant la possible présence du GPS sur Facebook (notamment pour toucher un public jeune), il semble difficile de motiver les gens sur ces réseaux sociaux autour de questions politiques ; néanmoins, il ne coûte rien d’essayer. Suzanne suit cette question.

• M.-N. Vial signale que la question des panneaux lumineux sera discutée lundi prochain, mais que la position de la municipalité se borne à un refus non argumenté (car impossible à justifier rationnellement).

II) Questions diverses

Soirée du 9 juin. Les différents associations contactées ont accepter de venir . Réunion le mardi 7 juin pour finir de préparer cette soirée. D’ici là, diffusion d’affiches et feuillets, publicité à la sortie de Casino. Le faire avant le week-end de l’Ascension.
J.-P. Marangone signale la demande de l’ADA (demandeurs d’asile) à participer à cette soirée
(P. Richard). Voir lettres jointes.

Gazette. Les articles avancent. On fait le point dans 15 jours.

Réunion GPS locale à Biviers, lundi 6 juin à 14h30, MPT de Biviers. J. Buisson y participera.

Rappel de la soirée de lancement de la section LDH Grésivaudan : jeudi 26 mai, 20h, à Crolles (salle Boris Vian). Projection du film « Les Arrivants ».

La séance est close à 22h04.

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2019 :

Rien pour ce mois

août 2019 | octobre 2019